Nouvel an tibétain

Publié le par namkha

 

248300722_dfcbefa9aa.jpg



   Bonjour,

   aujourd'hui c'est le Lhossar. Une nouvelle année, l'occasion de changements, de bonnes résolutions etc..

   J'ai pendant 8 ans été membre d'une congrégation bouddhiste. (Si vous aussi vous avez l'expérience de la vie en collectivité, bouddhiste ou non, venez nous rejoindre.)
Hier et ce matin, on m'a demandé si j'assisterais à la célébration du Lhossar (participation aux rituels du nouvel an tibétain).

undefined

  Sans hésitation, ma réponse a été négative. Je ne me sens plus d'affinité avec un groupe qui privilègie les bonnes paroles mais dont les actes ne sont pas en accord avec le discours. Mon coeur me dit qu'il vaut mieux assumer ses défaillances, ce qui permet de les voir, de travailler dessus et de progresser, que de prêcher quelque chose dont on a pas l'expérience en s'auto-congratulant parce qu'on est "sur la Voie", en se cachant qu'on s'est incrusté dans un refuge confortable et qu'on en chasse les passants parce qu'ils prennent de la place, qu'ils font du bruit, qu'ils ne correspondent pas aux critères idéaux...

  Souvent, on m'a expliqué qu'en orientant son esprit dans une direction, il finissait par la prendre. L' expérience m'a montré que quand les bagages sont trop lourds, on ne fait que rêver de la destination, mais on ne l'atteint jamais.

  J'ai pris en horreur les faux-semblants, les attitudes fabriquées qui servent de justificatifs à des comportements noirs. Je préfère accueillir mes imperfections, car elles font partie de moi. En les accueillant, j'ai réussi à en libérer certaines. Simplement en acceptant de les voir, de reconnaitre leurs existences. Cela m'a permis ensuite de leur dire non, je reçois ton message, mais je refuse de te suivre. Cela a fonctionné en particulier avec la jalousie, l'avidité...

   Aujourd'hui c'est le Lhossar. Je ne vais pas chanter de rituel dont le sens profond m'échappe. Je ne vais pas participer à une cérémonie complétement étrangère dans laquelle je me suis toujours sentie mal à l'aise, comme jouant une pièce de théâtre inconnue.

   Simplement, je fais faire un peu de ménage dans ma vie. Je vais être à l'écoute des êtres que je croise. Je vais offrir le meilleur de moi-même, même si ce n'est pas grand chose. Ce pas grand chose m'appartient, ce n'est pas une apparence symbolique.

   C'est un sourire à la personne seule que je croise.

   C'est une porte ouverte.

   C'est prendre en stop un voyageur qui a froid.

   C'est un compliment gratuit, sincère, qui met en lumière une véritable qualité de la personne à qui il s'adresse.

   C'est un geste simple, spontané, direct, qui s'adresse à un prochain et le soulage dans l'instant.

    Je souhaite que tous nous allions vers moins de souffrances.
 
   Je souhaite à chacun de s'accueillir, de s'aimer, de s'assumer, car c'est la seule manière que je connaisse de pouvoir être véritablement altruiste.

    Bonne année à toi, mon frère, ma soeur.

Publié dans humeurs de l'instant

Commenter cet article

Sourire 10/02/2008 21:41

Comme ça m'a fait du bien de lire cet article! enfin, je me sens moins seule!!! tu écris mot pour mot ce que j'ai ressenti au moment où j'ai jeté l'éponge et où je suis partie parce que je ne m'y retrouvais pas du tout du tout!!! oui, s'accepter avec tous nos défauts vaut tellement mieux que faire semblant de ne pas en avoir et d'essayer de coller à de belles paroles qui ne se vivent pas. Merci pour ton authenticité, ton honnêteté, surtout vis à vis de toi même. Oui, l'amour pour soi et qui rejaillit sur les autres, c'est la seule voie... plein d'amour pour toi et de fraternité pour cette année qui commence. Et pleins de bisoux à ta petite...

Djangsem 09/02/2008 22:17

Bah! j'avais oublier. Bien ton blog qui c'est daisy ?Bon trop crevé ce soir pour taper sur le bidule a touches.Jespère qu'il ny aura personne de trop seul. Je vais dormir.Bisou. et demain tel peut-être ?

chronophonix 07/02/2008 23:58

Le meilleur de soi même, ce n'est plus du domaine de la quantité, de l'avoir, mais de celui de la qualité, de l'être, et donc non réductibleà "pas grand chose" ou "beaucoup", car à un tout autre niveau.La beauté de l'être n'a pas de mesure.Bien à toiM.