le sage et le samouraï

Publié le par namkha

     Il y a débat pour situer le paradis et l'enfer. La science moderne a réfuté les anciennes croyances. Il n'y a pas de palais magiques sur les hautes montagnes, ni sous terre. Peu de gens savent ce qui se passe après la mort, et c'est un autre débat. Les notions judéo-chrétiennes de Bien et de Mal nous font beaucoup souffrir. Cette dualité, honnie par les bouddhistes, existe en tout lieu et à chaque instant. D'un simple changement du mental, notre être est transformé et nous passons de l'enfer au paradis et du paradis à l'enfer. Chaque acte, chaque pensée nous entraine dans un de ces lieux.

    La vie est un cheminement. J'ai souvent l'impression d' être en plein trekking, sur un de ces ponts effrayant suspendu au-dessus d'un gouffre insondable. La peur au ventre, je maintiens précairement mon équilibre et, dès que j'ai réuni suffisamment de courage, j'essaye d'avancer d'un pas. Est ce que ce pas sera juste ? Est-ce qu'il ne me fera pas chuter dans l'obscurantisme et la souffrance ? Le doute me paralyse, puis viens le doute du bien fondé de rester là oú je suis. Cette situation est si précaire, si inconfortable. Mieux vaut continuer à avancer, même si c'est effrayant; c'est toujours moi effrayant que l'abime qui se trouve au dessus de moi; C'est toujours moins effrayant que le lieu d'oú je viens. Mais comment faire le pas suivant ? sera-t-il juste ou précipitera-t-il ma chute ?

   Un jour, un samouraï alla voir le maître zen Hakuin. Il lui demanda: "Y a t'il un paradis ? Y a t'il un enfer ? Si le paradis et l'enfer existent où sont les portes ? Par où puis-je entrer ? Comment puis-je faire pour éviter l'enfer et choisir le paradis ?" C'était un homme simple.  Il n'était pas venu pour apprendre une quelconque doctrine, il voulait simplement savoir où se trouvaient les portes afin d'éviter l'enfer et entrer au paradis.
   Hakuin répondit de la manière que seul un guerrier pouvait comprendre; il dit: 
                 " - Qui es-tu ?.
                   - Je suis un samouraï". 
   Hakuin éclata de rire et dit: 
                " - Toi un samouraï? Tu as plutôt l'air d'un mendiant". 
   L'orgueil du samouraï fut profondément blessé. Oubliant pourquoi il était venu, il sortit son épée pour tuer le sage. Le maître rit encore et lui dit: 
               " - Voilà la porte de l'enfer. Avec cette épée, cette colère, cet ego, là s'ouvre la porte".
   Immédiatement le samouraï comprit, il rengaina son épée... et Hakuin ajouta: 
"- Là s'ouvre la porte du paradis".

Publié dans fondants mentaux

Commenter cet article

Djangsem 23/02/2008 03:27

Simple et efficade l'enseignement ?Dis amour de ma vie ouvre grand ton coeur et laisse le respirer...

sevim 15/02/2008 22:29

Merci pour ce beau témoignage qui montre ton courage et ta tenacité..et qui m"encourage aussi . La petite histoire est très belle , et simple à souhait !   Sylvie