Je ne crois pas en l'amour (2)

Publié le par namkha

Solitude.

   Je ne sens pas le vide de mon coeur. Mes journées sont bien remplies; la survie au quotidien, passer entre les gouttes, occuper mon esprit avide de distractions...
Cette Saint Valentin, quelle fête commerciale ! Qu'est ce qu'ils ont tous avec ça ? Quelle sont les tares qui m'habitent pour que je sois seule ce jour ? Mes lamentations sont si fortes que ce merveilleux ami se sent obligé de me dire "je t'aime" pour combler mon chagrin.



  Je suis une femme libre, girl power, autonome et tout...
Y'en a marre du prince charmant qu'est toujours parti en croisade. Je n'ai pas l'âme d'une femme de marin. Bobonne qui reste sagement à la maison, très peu pour moi. Tiens, il viens de se connecter. Qu'est ce qu'il se passe ? Mon coeur s'enflamme, le rose me monte au joue. Je ne broncherais pas. Il a qu'a être là: Moi je suis libre, j'ai besoin de personne...

Lui : ma petite solitaire... didn't you feal my kisses, yesterday, on your heart? 

Oh la la, au secours ! Que se passe-t-il ?

Je ne suis plus qu'une bulle. pop. 
Bien sur que je sens cette douceur, cette tendresse. Tout l'univers est plein d'amour. Il suffit d'ouvrir la porte, d'accepter de se laisser toucher, au delà des conventions. Pas de bouquet de fleurs. Pas de soirée romantique. Juste l'infini sensation d'une présence douce et chaude, trancendant le connu.

Quand le guerrier accepte d'ouvrir son coeur, il reçoit le contre coup de tout ce qu'il a refoulé. Il entre en contact avec ses peurs, sa culpabilité, sa colère... Il redevient le petit enfant sensible blessé par le monde. Tout ça s'échappe comme une bulle de gaz nauséabond qui remonte de la vase dans un marais. Tout cela passe. La vase se tasse, les gaz nauséeux sont moins nombreux, moins puissants. Un bourgeon timide émerge. Un peu d'écoute, un peu d'ouverture à ce qui est et une magnifique fleur s'épanouie.

Publié dans humeurs de l'instant

Commenter cet article

Djangsem 15/02/2008 14:38

Ce qualificatif me touche.Trés belle image de l'émergence de la fleur de lotus.Plus poétique que mes paroles d'ours-punaise (hihi!) pour décrire ce qui nous arrive...Et bien sûr que je t'aime mon petit lapin.