Talon aiguille

Publié le par namkha


Ce soir c'est la fête au village. Un mauvais chanteur de bal   s'échine a massacrer "piensa en mi". Je viens de passer la journée à arpenter une aire d'autoroute, interrogeant les vacanciers pour gagner un peu d'argent afin de limiter mes dettes.

Et je suis, ce soir, revenue dans ma tour d'ivoire. Les volets et les fenêtres sont closes sur mon désespoir. Je n'ai pourtant pas besoin de les verrouiller, personne ne vient jamais frapper. La solitude n'est pas une illusion, c'est la réalité. C'est l'amitié et l'amour qui ne sont que phénomènes éphémères, fantasmagoriques.

Je rêve de l'Autre de la chanson, de compassion...

Publié dans humeurs de l'instant

Commenter cet article

sevim 02/08/2008 19:38

Chère Namkha , je viens de lire ton post ...ton désespoir ne peux pas gâcher la belle lumière qui est en toi , que tu offres et sait si bien danser . Je n'y crois pas ... Avec toi dans le coeur. Sylvie.