poème de Patrul Rinpoché

Publié le par namkha

Voici une traduction française d'un poème de Patrul Rinpoché. Si j'avais la tête moins dure, je m'appliquerais plus à suivre ses conseils. Si ce poème vous touche, procurez vous "Le chemin de la grande perfection", ouvrage dans lequel Patrul donne le mode d'emploi de la grande perfection. Vous trouverez en bas  la version anglaise, traduite du tibétain par Trungpa Rinpoché.

Ecoute moi, Aboushri,
 
 
Vous qui expérimentez l'union de la béatitude et de la vacuité 
Assis immobile sur un disque de lune
Au dessus D' une magnifique fleur aux cent pétales 

Rayonnant d'une lumière blanche,
Je vous rends hommage à vous Divin Gourou, Vajrattva.
 
Écoute, Aboushri,
Toi misérable fou rêvant en plein jour,
Te rappelles-tu combien les illusions 
T'ont perturbé dans le passé ?
Fais attention aux illusions du présent,
Et ne mène pas une vie hypocrite.
 
Cesse les spéculations inutiles.
Tu as fait des centaines de plans 
Qui ne se sont jamais réalisé 
Et qui t'ont seulement mené à la déception. 
Les actions non achevées sont comme 
L'action sans fin des vagues. 
Reste seul et cesse 
De te faire tourner la tête.
 
Tu as étudié des centaines de philosophies 
Sans en saisir aucune. 
Quel intérêt y a-t-il à étudier plus ? 
Tu as étudié sans te rappeler 
Quoi que ce soit quand tu en avait besoin. 
Quel intérêt dans la contemplation ? 
Oublie ta "méditation" ! 
Cela ne semble pas être 
Le remède pour les émotions conflictuelles.
 
Tu a peut être récité la série des mantras 
Mais tu n'a pas encore maîtrisé les visualisations concrètes.
Tu peux avoir maîtrisé les visualisations concrètes 
Mais tu n'a toujours pas perdu l'attachement de la dualité. 
Tu as peut-être soumis les démons apparents 
Mais tu n'a pas encore dompté ton ego.
 
Oublie ton jeu de périodes de méditation 
Comme emploi du temps obsédant. 
Haute et claire mais sans laisser aller, 
Profonde et ferme mais manquant de clarté, 
Vue pénétrante mais seulement par à coup 
- C'est ta méditation ! 
Oublie le regard fixe de la concentration 
Et la conscience enchainée.
 
Les enseignements semblent intéressants 
Mais ils n'aident pas ton esprit. 
L'esprit logique semble perçant 
Mais c'est véritablement la graine de la confusion. 
Les instructions orales semblent très profondes 
Mais ne sont d'aucune aide si elles ne sont pas pratiquées. 
Essaye d'oublier de survoler des livres 
Qui provoquent distraction et mal aux yeux.
 
Tu frappes ton antique damarou, 
Mais, juste pour la nouveauté d' en jouer. 
Tu as offert ton corps 
Mais en fait tu y es toujours attaché. 
Tu joue de cymbales au son clair 
Mais ton esprit est lourd et engourdi 
Oublie tous ces tours 
Aussi attirants qu'ils peuvent être.
 
Tes disciples semblent étudier 
Mais ils ne poursuivent jamais ; 
Un jour il y a une lueur de compréhension, 
Mais le jour suivant ça a disparu. 
Ils apprennent une chose sur cent 
Mais ils n'arrivent même pas à retenir cela. 
Oublie ces disciples apparemment si fervents !
 
L'ami le plus intime est plein d'amour 
Aujourd'hui et indiffèrent demain. 
Il est humble une minute et arrogant la suivante. 
Plus on l'aime, plus il devient distant. 
Oublie le cher ami qui sourit 
Parce que l'amitié est encore une nouveauté !
 
Ta petite amie arbore un visage souriant 
Mais qui sait ce qu'elle ressent en réalité ? 
Pour une nuit de plaisir il y a neuf mois de coeur brisé. 
Tu peut passer un mois à essayer de coucher avec elle et encore échouer. 
Cela ne vaut vraiment pas tout le scandale et les commérages 
Aussi oublie la.
 
Les bavardages sans fin excitent les attirances et les dégoûts. 
Cela peut être amusant, et plaisant 
Mais c'est seulement imiter les fautes des autres. 
Les auditeurs semblent réceptifs 
Mais ils peuvent être critiques dans leur coeur. 
Cela vous assèche seulement la gorge 
Aussi oubli les conversations futiles.
 
Prêcher sans une expérience de première main 
Sur le sujet est comme danser d'après des livres. 
Le public peut sembler désireux d'écouter 
Mais ils ne sont en réalité pas du tout intéressés. 
Si tu ne pratiques pas ce que tu prêches 
Tu connaîtra la honte tôt ou tard, 
Aussi oubli la rhétorique creuse !
 
Quand tu n'as pas de livre 
Tu en ressens le besoin d'en avoir; 
Quand tu en as tu n'en éprouve pas. 
C'est seulement quelques pages 
Mais les copier n'en finit pas. 
Tous les livres du monde 
Ne pourront te donner satisfaction, 
Aussi oublie de copier 
- A moins que tu touche pour cela un salaire !
 
  Un jour tu es relaxé, 
Le suivant tu es tendu. 
Tu ne seras jamais content 
Si tu es concerné par les humeurs des gens. 
Quelques fois ils sont agréables 
Mais peut être pas quand tu as besoin d'eux 
Et tu risques d'être déçu. 
Aussi oublie la politesse et la flatterie !
 
Les activités politiques et religieuses 
Sont seulement pour les gentlemen. 
Ce n'est pas pour toi, mon cher garçon. 
Rappelle toi l'exemple d'une vieille vache : 
Elle est satisfaite de dormir dans l'étable. 
Il faut que tu manges, dormes, et chies 
- C'est inévitable - quoi que ce soit 
En dehors de ça n'est pas de ton affaire. 
Fais ce que tu as à faire 
Et occupe toi de tes fesses.
 
Tu es aussi bas que le plus bas 
Aussi tu devrais être humble. 
Il y a une pleine hiérarchie au dessus de toi 
Aussi cesse d'être fier. 
Tu ne devrais pas avoir de trop proches associés 
Car des différents vont certainement se manifester. 
Puisque tu n'es pas impliqué 
Dans des activités religieuses ou politiques 
Ne sois pas exigeant avec toi-même 
Abandonne tout, c'est le but !
 
  Cet enseignement est donné par le Yogi Trimê Lodrö à partir de sa propre expérience à son cher ami Aboushri. Pratiquez cela bien qu'il n'y ai rien à pratiquer. Abandonner tout - c'est le but. Ne soyez pas en colère après même si vous ne pouvez pas pratiquer le Dharma.
 
  - traduit par: Chôgyam Rinpoche - edition Shambala
 
  En anglais:
 
  "LISTEN, ABUSHRI"
 
  by Dza Patrul Rinpoche
 
  Translated by Chögyam Trungpa Rinpoche
 
 
  You who enjoy the union of bliss and emptiness
  Seated motionless on the lunar disc
  Above a beautiful hundred?petalled flower
 
  Radiant with white light,
  I pay homage to you the Divine Guru, Vajrasattva.
 
  Listen, Abushri
  You miserable, daydreaming fool,
  You remember how delusions
  Confused you in the past?
  Watch out for delusions in the present,
  And don't lead a hypocritical life.
 
  Stop unnecessary speculations.
  You've made hundreds of plans
  Which never came off
  And only led to disappointment.
  Unfinished acts are like
  The overlapping action of the waves.
  Stay alone and stop
  Making your own head spin.
 
  You've studied hundreds of philosophies
Without grasping any of them.
  What's the point of further study?
  You've studied without remembering
  Anything when you needed it.
  What's the point of contemplation?
  Forget about your "meditation"!
  It doesn't seem to be
  The Cure for conflicting emotions.
 
  You may have recited the set number of mantras
  But you still haven't mastered the concrete visualisations.
  You may have mastered the concrete visualisations
  But you still haven't loosened the grip of duality.
  You may have subdued apparent evils
  But you still haven't tamed your ego.
 
 
  Forget your set periods of meditation
  And following an obsessive schedule.
  High and clear but not letting go,
  Low and steady but lacking clarity,
  Penetrating insight but only stabbing
  That's your meditation!
  Forget the stare of concentration
  And the tethered mind.
 
  Lectures sound interesting
  But they don't help your mind.
  The logical mind seems sharp
  But it's really the seed of confusion.
  Oral instruction sounds very profound
  But it doesn't help if it isn't practised.
  Forget about browsing through books
  Which causes distraction and eyestrain.
 
  You bang your antique prayer-drum,
  But, just for the novelty of playing (with) it.
  You offer up your body,
  But in fact you're still attached to it.
  You play clear-sounding cymbals
  But your mind is heavy and dull.
  Forget about these tricks,
  Attractive though they are.
 
  Your disciples seem to be studying
  But they never follow through;
  One day there's a glimmer of understanding,
  But the next day it has gone.
  They learn one thing out of a hundred
  But they don't retain even that.
  Forget these apparently fervent disciples!
 
  One's closest friend is full of love
  Today and indifferent tomorrow.
  He is humble one minute and proud the next.
  The more one loves him the more distant he becomes.
  Forget the dear friend who smiles
  Because the friendship is still a novelty!
 
  Your girlfriend puts on a smiling face
  But who knows what she really feels?
  For one night of pleasure it's nine months of heartache.
  You can spend a month trying to bed her and still not succeed.
  It's really not worth all the scandal and gossip,
  So forget about her.
 
 
 
  Never-ending chatter stirs up likes and dislikes.
  It may be amusing, and enjoyable
  But it's merely imitating the faults of others.
  The listeners seem receptive
  But they may be critical at heart.
  It only gives you a dry throat
  So forget about idle talk!
 
  Preaching without first-hand experience
  Of the subject is like dancing on books.
  The audience way seem willing to listen
  But they're not really interested at all.
  If you do not practise what you preach
  You'll be ashamed of it sooner or later,
  So forget about hollow rhetoric!
 
  When you haven't any books
  You feel the need for them;
  When you have them you don't.
  It's only a few pages
  But to copy them is endless.
  All the books in the world
  Would give you no satisfaction,
  So forget about copying –
  Unless you get a fee for it!
 
  One day you're relaxed,
  The next you are tense.
  You will never be happy
  If you're swayed by people's moods.
  Sometimes they are pleasant
  But maybe not when you need them
  And you might be disappointed.
  So forget about politeness and flattery!
 
  Political and religious activities
  Are only for gentlemen.
  That's not for you, my dear boy.
  Remember the example of an old cow:
  She's content to sleep in a barn.
  You have to eat, sleep and shit –
  That's unavoidable – anything
  Beyond that is none of your business.
  Do what you have to do
  And keep yourself to yourself.
 
  You're as low as the lowest
  So you ought to be humble.
  There's a whole hierarchy above you
  So stop being proud.
  You shouldn't have too many close associates
  Because differences would surely arise.
  Since you're not involved
  In religious and political activities
  Don't make demands on yourself.
 
  Give up everything, that's the point!
 
  This Teaching is given by Yogi Trime Lodrö from his own experience to his dear friend Abushri. Do practise it, although there is nothing to Practise. Give up everything – that's the whole point. Don't get angry.
 
 
 

Publié dans fondants mentaux

Commenter cet article

lila 27/03/2008 16:17

Celui-ci est un éveillé et son parlé est absolument la réalité.